Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Alnitak

Alnitak

Didier Jean-Yves PIERRE

Marie et les garçons !

Candide, pressée, gouailleuse, canaille et un tantinet moqueuse,
Marie ne regarde pas les garçons comme toutes les autres filles.
Impossible pour elle d’attendre qu’ils se déclarent.
Non mais ! C’est eux les mecs.
Pas de place pour les valses-hésitations ni les réflexions philosophiques.
 
A la rigueur, un p’tit malin à la fléchette facile qui saurait la retenir pour l’attraper dans ses filets, pourrait l’émouvoir mais pas question de lui dire qu’il a eu raison.
 
Eh oh ! Les garçons, c’est facilement égocentriques et autosuffisants.
Il faut qu’ils devinent par eux-mêmes, ce que Marie ne dit pas.
Cherchez un peu les mecs quoi !
Je suis un trésor pas facile à trouver et encore moins à ouvrir.
Les yeux de merlan-frit, les boutonneux et les blagueurs à la petite semaine, zou ! Du balai !
A peine, tu as le temps de la regarder dans les yeux qu’elle est déjà partie.
 
Ne l’invite pas au resto avec l’idée de prendre ton temps pour savourer l’instant culinaire.
Le feu d’artifice du Chateaubriand à peine diffusé dans ton palais délicat
Elle aura déjà achevé son dessert !
 
Elle est comme ça Marie !
Il faut prendre le temps de la regarder, de fixer ses jolis yeux pour se poser dans son rythme.
Alors tu as une chance de toucher ses vibrations intimes et qu’elle t’embarque dans un autre monde, le sien où il n’y a pas de place à la mollesse, la médiocrité et l’indulgence des niais.
Garçon ordinaire s’abstenir !
Habile, délicat oui mais pas androgyne non plus.
 
Bref, le garçon idéal : un mouton à cinq pattes mais capable de courir à 200 à l’heure !
Moi qui me croyais rapide comme le guépard, mon animal totem,
Je passe pour un lombric souffreteux.
 
Marie, c’est un bolide de course, carénée comme la plus jolie des Ferrari (elle va hurler à la lecture de cette comparaison machiste. Tant pis j’assume !)
Elle est attachante, troublante, intelligente à l’esprit acéré, à la démarche chaloupée mais prompte à botter le premier derrière insolent qui se présente !
 
Alors garçon, qui que tu sois, si tu es prêt à relever ce défi, bravo, je loue ton courage.
Cependant, souviens-toi qu’à vaincre sans péril on triomphe sans gloire.
Aussi, laisse les donzelles à deux balles aux pisse-froid sans saveur.
Elle est une femme rare, certainement pas reposante mais vivante !
 
Un admirateur sans fléchette !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :